oxtorrent
Accueil » Jeux » A-Men 2 (2013) - Jeu vidéo

A-Men 2 (2013) - Jeu vidéo

Jeu vidéo de Bloober Team PlayStation 3, PS Vita et PC Plateforme et réflexion 5 novembre 2013

Suite du jeu de plateformes en 2D disposant de multiples personnages jouables, développé par le studio indépendant Bloober Team.

Film A-Men 2 (2013)  - Jeu vidéo
SERVEUR 1

Quand le rédac’chef propose à la rédaction le test d’A-Men 2, le nouveau jeu du studio polonais Bloober, il n’y a pas grand monde qui se bouscule pour le faire. Non pas parce que le jeu à l’air minable, non. Tout simplement parce qu’on nous le propose sur PS Vita. Occasion parfaite pour entretenir ma machine fraichement achetée, voyons voir ce que vaut ce jeu dont je ne connais absolument rien. a-men-2-96 Déjà, Bloober n’en est pas à son premier jeu, forcement il y a eu un A-men premier du nom sorti l’an passé, ainsi que deux ou trois autres titres passés inaperçus. Pour ce nouveau jeu, qui est, enfin qui a l’air, vu que je n’ai jamais touché à son grand-frère, une suite directe du premier, A-Men 2 vous mets dans la peau d’une escouade militaire en pleine guerre. Entre le nom du jeu, où l’on suppose que le « A » du titre du jeu est là pour Action et la vue choisie, 2D de profile, A-men 2 rappelle méchamment à Metal Slug, en moins badass. En plus de ce petit côté BTA, il faut rajouter d’énormes scies à la Super Meat Boy pour corser le jeu, histoire de s’attendre à un jeu bien costaud. Enfin, l’escouade, composé de quatre soldats aux aptitudes complétement différentes et complémentaires nous rappelle la mythique série Commando du feu studio espagnol Pyro Studios. Pour résumer, sur le papier on pense avoir un mégamix entre Metal Slug, Super Meat Boy et Commando. Etrange mélange des genres qui pourrait bien dépoter du petit poney. Pas de chance, la réalité est tout autre. Premier point, l’action frénétique d’un Metal Slug est inexistante. A vrai dire, il n’y a même pas d’action. A-men 2 est en réalité un puzzle-game. Sur une map plus ou moins grande, vous allez devoir tuer un certain nombre d’ennemis, souvent la moitié, pour faire venir l’hélicoptère qui vous enverra à votre prochaine mission. Sauf que tuer vos ennemis ne sera pas simple. Entre chemins et ascenseurs bloqués, il faudra trouver les bons interrupteurs pour accéder aux différents étages ou pour retourner les divers pièges posés dans l’environnement contre votre ennemi. Ce qui nous amène vers la seconde et la plus grosse des influences : Commando. Vos quatre soldats seront en charge de tuer tout ce beau monde. Pas de chance pour vous, ils ne sont pas armés (oui des soldats sans arme, logique !). Bon en fait, il y en a bien sûr le groupe un qui est équipé d’une pétoire, mais hélas il possède des munitions extrêmement limitées. Le soldat (bon à rien) sait manier le fusil et autres explosifs, L’espion, grâce à un simple chapeau, se fait passer pour un ennemi tant qu’il ne se fait pas remarquer en train de faire une action.

Il a aussi la possibilité de poser des panneaux pour modifier les rondes, dont je ne me suis pas servi durant mes sessions de jeu, ce qui en dit long sur l’utilité du machin. Les deux derniers personnages sont la grosse brute lente, mais qui peut porter des caisses et faire voler vos autres soldats et enfin l’éclaireur, qui lui est rapide et à une très grande mobilité grâce à son grappin et son parachute. Dans chaque mission, vous aurez un ou plusieurs de ces soldats qu’il faudra utiliser intelligemment pour espérer voir l’hélicoptère arriver. Enfin et c’est surement le plus mauvais point du jeu, c’est la pseudo ressemble à un Super Meat Boy. A-Men 2 est donc un puzzle-game pas franchement réussi, puisqu’il vous faudra arpenter toute la map pour comprendre comment réussir la mission et donc la réussite de votre niveau ne repose sur aucune logique pure. Le jeu essaye d’être un plateformer. Et un plateformer diablement difficile en plus. Gros problème, la physique du jeu est une catastrophe. Les sauts ont une dynamique pas très cohérente, les soldats ont une réactivité digne d’un escargot qui sort d’une sieste et le pire concerne les hitbox de vos soldats qui sont plus grandes que leur corps. Quand vous devez arriver sur une plateforme où il y a à peine la place pour votre soldat entre 2 scies qui ne demande qu’à vous tuer, vous allez devoir vous y pendre à bien trop de fois à cause d’une scie passée à un centimètre (!!) de votre visage. Autre problème gênant du jeu, l’intelligence des ennemis. Elle oscille entre le soldat con et le bidasse complétement abruti. Le problème est que c’est un choix de gameplay. Le soldat con, qui est un soldat un peu gradé on va dire, marche tout droit. Lorsqu’il arrive au bord d’une falaise, il s’arrête et il fait demi-tour. Comportement tout à fait normal. Le soldat complétement abruti, qui correspond au soldat de bas étages sert lui de chair à canon, quand il arrive au bord d’une falaise, il continue à marcher et il tombe. Je veux bien que le studio ne soit pas un super expert en intelligence artificielle, mais là quand même, seriously ! a-men-2-93 Conclusion A-men 2 n’a pas grand-chose pour lui. S’il partait d’une bonne idée, soit faire un Commando-like en 2D avec un petit côté plateforme hardcore, on se retrouve avec un jeu totalement raté. Humour potiche, physique à la ramasse et difficulté totalement faussée due à un level-design qui ne s’accorde pas aux limitations techniques du jeu, il a quand même le mérite de proposer des missions courtes parfaites pour être jouées dans les transports, tout en utilisant correctement les diverses fonctions de la Vita. Bien qu’il soit vendu à petit prix, moins de 15€, je ne saurai vous le conseiller en dehors d’une énorme promo.