oxtorrent
Accueil » Jeux » The Long Dark (2017) - Jeu vidéo

The Long Dark (2017) - Jeu vidéo

Jeu vidéo de Hinterland Nintendo Switch, PlayStation 4, Xbox One et 3 autres Aventure, survie et simulation 1 août 2017

The Long Dark est une expérience contemplative de survie et d'exploration qui met au défi les joueurs solo de penser par eux-mêmes à mesure qu'ils s'aventurent sur de vastes étendues sauvages et glacées à la suite d'un désastre géomagnétique. Ici, pas de zombies : juste vous contre Mère Nature.

Film The Long Dark (2017)  - Jeu vidéo
SERVEUR 1

Cher journal,

07H52 - Je vois pour la deuxième fois le soleil se lever sur ces terres, content de pouvoir repartir à l'aventure après avoir bu l'eau rendue potable en la faisant bouillir à partir de neige, puis filtrée via des cachetons spéciaux. Pour atténuer ma faim et récupérer un taux de calories acceptable, je me suis empiffré à la chaine de quelques barres chocolatées et d'une tonne de canettes de sodas. C'est nul, pas forcément nutritif, pas très 5 fruits et légumes par jour, mais je ne sais pas encore dépecer des cadavres d'enfants euhhhh de cerfs, et encore moins chasser. 08H43 - J'ai quitté ma planque après avoir tout pillé, direction le grand lac gelé où plusieurs cabanes sont disposées. Il faut beau, pas le moindre vent et pas le moindre loup, d'ailleurs depuis mon crash d'avion je n'ai vu que des cerfs, bizarre... 10H47 - Ils sont quand même sympas les bambis, je peux me rapprocher à moins de 20m. Si seulement je pouvais en choper un... ça ferait un super cadeau de noël à la petite. 12H04 - J'ai trouvé plein de fringues dans les cabanes. Sans réfléchir je les fous dans mon sac. Mon côté collectionneur. N'ayant plus beaucoup de cochonneries à manger, je pars en quête d'une superbe maisonnette vu dans un trailer de l'office du tourisme. 12H52 - Je marche sur une voie ferrée avec loin derrière moi des wagons rouges et quelques points noirs autour, peut être des loups. Je ne veux pas vérifier, ni même m'approcher, pas la peine de me fatiguer inutilement, ça caille et j'ai la dalle... 13H41 - Je finis par trouver cette fameuse maison, le sourire aux lèvres pendant qu'une merveilleuse musique émane de je ne sais où. J'entre et découvre un intérieur douillet, riche en items, et pour couronner le tout, je trouve un couteau et un fusil. Joie. J'ai envie m'installer là et fonder une famille. 14H12 - Il est encore tôt, je pourrais en profiter pour dépecer le cadavre du cerf à 30m de la maison et chercher des balles pour mon joli fusil. Je claque la porte derrière moi, joyeux comme Charles Ingalls, humant l'air frais, sûr de mon coup et de mon inébranlable sens de l'orientation. 15H34 - Je me sens assez fatigué. Je pourrais faire demi-tour mais autant faire pause ici pour assurer le coup. C'est parfait, sur mon chemin il y a une maison pétée comportant un poêle à bois, l'occasion ou jamais d'essayer mon sac de couchage Quechua. J'allume un feu et mets suffisamment de bois pour 1h30/2h de combustion, puis programme une sieste de 2 ou 3h. Dors bien Wilson. 18H? - L'écran devient noir comme d'habitude, puis ne revient pas au jour...Et si...? ....Merde. Il fait nuit, le vent souffle à mort, je suis affamé, assoiffé, frigorifié et seul le ciel émet une couleur ne dérivant pas du noir le plus immaculé. J'allume ma lampe à pétrole et me mets à courir en espérant revenir sur mes pas. Me demande pas comment je peux écrire en courant, ce journal n'a plus le temps d'être cohérent.

Je ne vois pas plus loin que 3m et guette la cime des arbres et les lueurs vaguement blanchâtres qui indiqueraient peut être le toit d'une maison. Je me rapproche en croisant les doigts, s'en est une ! Non c'est un rocher. Ma lampe n'a plus de fuel, je fouille mon inventaire pour sortir un flare que j'allume aussitôt. J'étais donc face à un mur de rochers, sans savoir dans quelle direction se trouve mon QG qui n'était pas loin, à la base. Sans faire exprès je jette mon flare au sol. Il ne m'en reste plus qu'un. Dans le doute je décide d'allumer un feu de camp pour attendre le jour, mais le vent me répond non. Ça y est, je vais mourir, tout est foutu et je le sens. La question est maintenant de savoir dans combien de minutes je vais claquer ou quitter moi-même la partie pour m'éviter cette fatalité. Puis je me rappelle que j'ai déjà assez joué, donc autant braver l'inconnu et affronter la mort comme un bonhomme. La situation est catastrophique. Etant épuisé, la tolérance de poids est passé de 30kilos à 15kilos. Alors que j'avais ramassé plein de trucs intéressants, je vide mon inventaire avec douleur, sans trop vraiment y croire, en gardant seulement de quoi m'éclairer, un quart de mes vêtements, mes médocs. Je regarde la photo de ma femme Caroline, ma Marie, ma Laura pour me donner de l'élan puis je cours à moitié à poil dans le noir, les larmes aux yeux, guettant le ciel en direction de hautes collines pouvant cacher ma maison. Mon dernier flare finit par s'éteindre. J'essaye les allumettes, trop de vent, va te faire foutre. Ça y est je ne peux plus courir. Mon personnage se traîne, tous les stats dans le rouge, une condition physique à moins de 40% qui ne cesse de descendre. Par désespoir ou plaisanterie, je bois une gorgée d'eau pour trinquer avec la mort. Puis derrière une dune de neige, un rêve, une lueur rouge, celle qui émane des fenêtres de ma maison. J'y crois pas, c'est tellement beau et tragique à la fois. Vais-je mourir avant d'atteindre la porte ? Ce n'est plus grave, mon égo ira au paradis car je l'ai retrouvé cette putain de maison. Je me traîne longuement jusqu'à l'entrée pendant que ma condition passe sous les 20%. Yes... je suis en vie. A l'intérieur, je me refais une santé grâce au matos que j'avais pas voulu consommer, emporter pour mon innocente virée et j'enfile des fringues que j'avais jeté parterre d'un air nonchalant...

Le lendemain, je récupère mes affaires abandonnées, quelques heures plus tard un loup me mâchouille mortellement comme le veut la coutume.

Présentation du jeu :

J'ai joué ou suivi la plupart des jeux de survie actuels et à mon avis, The Long Dark se distingue fortement de la concurrence. Dans ce jeu, on est à la fois attentif et contemplatif, on se sent responsable et on s'identifie, grâce aux situations banales, non spectaculaires, et à la voix off de notre personnage ( masculin : l’ex-doubleur de Snake). Ici, il n'y a pas de zombies, de dinosaures, de monstres, de construction de château fort, de mode multijoueur/co-op. The Long Dark veut offrir une approche viscérale, "réaliste" de la survie…

...qui s'éloigne quand même de la réalité lorsqu'il s'agit de rendre l'expérience intéressante et plaisante sur le long terme.

Ainsi les journées ne se passent pas en temps réel, le personnage s'affame vite, l'équipement se dégrade vite, le comportement violent des loups est justifié par un désastre géomagnétique posant le contexte de l'histoire, etc... Tout est fait pour qu'on soit constamment occupé, en train de planifier, en remplaçant les tâches abrutissantes comme couper du bois par un simple menu où vous pouvez programmer le nombre d'heures accordées à certaines tâches comme la confection ou le dépeçage, avec quel outil, en entrevoyant le nombre de calories que vous allez perdre, etc. Autant dire que les statistiques de votre personnage (fatigue, température, faim, soif, condition (la santé en %)) sont les fondations du gameplay.

Le jeu se concentre sur l'essentiel, sans fioriture. Ici, c'est les chiffres qui comptent. Quel bonus de température me donnent ces chaussures ? Un bonus sur le vent ? A quel pourcentage est son état ? Ça vaut le coup que je les recycle ? Si je les prends, est-ce que ça va faire dépasser les 30kilos de mon inventaire, me fatiguer, me ralentir, me faire geler dehors, me faire mourir loin d'un abris ? Voilà le genre de questions que vous vous poserez dans The Long Dark. Vous vérifierez régulièrement votre état, l'heure approximative, la météo, pour anticiper la suite de vos actions en espérant faire les meilleurs choix, c'est à dire les choix les plus raisonnables, car le jeu ne pardonne pas l'arrogance. C'est votre intelligence, votre esprit pragmatique qui est sollicité, pas vos réflexes. Votre ennemi, c'est vous.

Les plus : - Direction artistique splendide. Ça ne se voit pas forcément en vidéo mais on a l’impression d’être dans une aquarelle 3D. - Ambiance Man vs Wild. Unique. - La voix-off (homme ou femme) qui suggère l'état de notre personnage. - Bonne rejouabilité et très grande map divisée en plusieurs régions. Classement en ligne pour les plus aventureux. - Excellent suivi de la part des développeurs.

Les moins : - On cracherait pas sur une map générée aléatoirement. (Les items le sont).

Les promesses : - Un mode histoire délivré en plusieurs épisodes, à base de choix moraux etc. - Une plus grande variété d’animaux, d'items, de craft. - Un système saisonnal avec les changements que ça implique. - Et bien plus via cette roadmap complète et mise à jour sur le site officiel : http://hinterlandgames.com/the-long-dark/roadmap/

Malgré la grande expérience des développeurs et l'excellente évolution du projet jusque là, il est encore tôt pour parier sur sa réussite totale. Sur la promesse, je mets 9, voire 10. Sur les faits, je mets le 8 de l'enthousiasme prudent. :)