oxtorrent
Accueil » Jeux » The Wanderer : Frankenstein’s Creature (2019) - Jeu vidéo

The Wanderer : Frankenstein’s Creature (2019) - Jeu vidéo

Jeu vidéo de La Belle Games et Arte France Nintendo Switch, PC, Mac et 3 autres Aventure 31 octobre 2019

Écrivez l'histoire ! The Wanderer : Frankeinstein's Creature, édité par Arte, revisite le classique roman de Mary Shelley. Vous incarnez la Créature, une espèce vide d'émotion ni de mémoires. À travers votre voyage et vos interactions avec les humains, il se posera forcément la question de vos origines.

Film The Wanderer : Frankenstein’s Creature (2019)  - Jeu vidéo
SERVEUR 1

Influencé par de lointaines images d’enfance, je voyais Frankenstein comme une sorte de cousin de Dracula. Dans les dessins animés et bandes-dessinées, le Docteur était représenté comme un savant frappadingue, qui poussait des leviers sous la foudre frappant son manoir délabré. Plus tard, le célèbre extrait “IT’S ALIVE” du film de 1931 me conforta dans cette image. Un dimanche, The Wanderer : Frankenstein’s Creature whishlisté, j'entamai la lecture de l’œuvre originelle de Mary Shelley. J'allai enfin y voir plus clair.

Colore l'immonde. On peut être dérouté, en voyant le style coloré du jeu, de se dire qu’on s'apprête réellement à passer 2h à incarner la création de Victor Frankenstein. Un patchwork de morceaux de cadavres, donc. Assemblés par un tout jeune scientifique au génie indéniable, aux amis peu nombreux et au temps définitivement trop libre dans la Bavière du XIXe siècle. À l'époque, les jeux vidéo n’étaient pas là pour prendre le pas sur les études et tuer dans l’œuf d'aussi brillantes carrières.

Le jeu se lance, et nous attrape aussitôt par son style aquarelle féerique. Instantanément, on sait qu’on est là pour la contemplation et l’introspection. Ce monde est magnifique, on y entame notre errance comme une insulte à la face de Dieu. Prenez le roman, et gardez-en seulement la partie consacrée au récit que le monstre fait de sa propre existence. Une vie qui commence dans le chaos mental le plus complet, ponctuée de découvertes stimulantes à chaque fois balayées par une solitude absolue.

En nous livrant au rejet et à la frustration dans le dénuement le plus total, La Belle Game et Arte tapent au cœur. L’équipe a eu confiance en la force visuelle et sonore de son œuvre (la musique est sublime). Une expérience sans gras qui se suffit à elle-même. La lecture préalable du roman en sublime l'éclat.

Plus de critiques de jeux vidéo sur La Gazette du Game