oxtorrent
Accueil » Serie » Brynhildr in the Darkness - Anime (2014)

Brynhildr in the Darkness - Anime (2014)

Anime de Ren Imaizumi Science-fiction, seinen, fantastique 1 saison (terminée) ARMS 25 min 6 avril 2014

Lorsqu’il était enfant Murakami passait son temps avec une fille nommé Kuroneko. Celle-ci croyait en l’existence des aliens et un jour elle décida de lui prouver leur existence, en les lui montrant. Néanmoins un accident arriva, Murakami fut grièvement blessé et Kuroneko mourut.

Les annèes passèrent sans que Murakami puissent oublier son amie et continua de chercher des preuves quand à l’existence d’alien. Un jour pourtant, une jeune fille nommé Kuroha Neko fait son apparition en tant que nouvelle élève dans sa classe. Pensant son amie vivante, il la questionne, mais malgré leurs troublante ressemblance, il s’avére que la jeune fille ne connait pas Murakami. Seulement elle lui révèle qu’un accident le concernant allait bientôt avoir lieu…

Film Brynhildr in the Darkness - Anime (2014)
SERVEUR 1

Elle est l’une de mes séries favorites et elle n’est pas des plus récentes, la découverte d’Elfen Lied fut à l’époque de sa diffusion une agréable surprise. Mais je ne suis pas là pour vous parler de cette série à proprement dit mais de la nouvelle œuvre de son auteur Lynn Okamoto : Brynhildr In The Darkness. Comme pour Elfen Lied, j’ai connu Brynhildr In The Darkness dans sa version animée et non manga. D’ailleurs, la série intégrale est désormais disponible en coffrets DVD et Blu-ray chez Kazé et c’est avec grand plaisir que je vais partager avec vous mon avis sur la série ainsi que sur le coffret lui-même.

Résumé de l’éditeur : Ryota Murakami est hanté par le souvenir de son amie d’enfance Kuroneko, morte tragiquement dans un accident. Il se souvient de la promesse qu’il lui a faite avant qu’elle ne meure : prouver l’existence des aliens. Pour tenir sa parole, il rejoint le club d’astronomie de l’école et scrute chaque nuit les étoiles avec son télescope. Une nouvelle élève arrive dans sa classe et stupeur, c’est le sosie de Kuroneko ! Qui plus est, elle s’appelle presque comme sa défunte amie : Kuroha Neko. Et pour épaissir le mystère, il semblerait qu’elle possède des pouvoirs. Va-t-elle lui apporter des réponses sur l’au-delà ?

Nous sommes ici en compagnie d’un jeune homme dont ses souvenirs d’antan jailliront à plusieurs reprises, surtout ceux lorsqu’il était aux côtés de Kuroneko. Forcément, le fait de tomber nez à nez avec une fille qui ressemble comme deux gouttes d’eau à sa défunte amie d’enfance y est pour quelque chose. J’ai trouvé que ces petits moments de flashback apportaient une certaine dose d’intérêt au scénario, me demandant comment cela pouvait impacter le quotidien de Ryota. Et en tant que spectateur, ces passages sont assez importants quant au bon déroulement de l’histoire, avec une intrigue qui place divers rebondissements mais malheureusement certains sont sans surprise.

En ce qui concerne l’intrigue, je peux vous dire avoir été plus ou moins satisfait dans la globalité mais je n’ai pas été saisi avec la même intensité que pour Elfen Lied. Le chara-design présent dans Brynhildr In The Darkness est une des principales raisons à mon enthousiasme sur la découverte de cette série, tant il est très ressemblant à Elfen Lied. Je ne pouvais refuser surtout que ces deux œuvres sont visuellement très proches. On n’a vraiment aucun mal à confirmer que l’auteur est le même. Ensuite, j’ai apprécié le petit côté fan service présent dans Brynhildr In The Darkness qui, comme Elfen Lied, ne lésine pas à montrer des femmes nues, loin d’être pudiques. En même temps, elles ont passé la majorité de leurs vies en laboratoire en tenue d’Ève. Aussi, la violence montrée est un des points principaux et essentiels de la série, une fois encore à la même manière d’Elfen Lied et qui se marrie fort bien avec la nudité, je trouve.

Lors du visionnage de Brynhildr In The Darkness je ne pouvais m'empêcher de penser à Elfen Lied, tant la ressemblance des personnages est assez frappante. Par contre, là où Lucy montrait une certaine intelligence dans Elfen Lied, ce n'est pas vraiment le même schéma que l'on retrouve dans Brynhildr In The Darkness où ces jeunes filles sont plutôt niaises. De même que là ou Elfen Lied met en avant un protagoniste féminin, Brynhildr In The Darkness opte plutôt pour le sexe opposé cette fois avec Ryota et les souvenirs qu'il a de son amie d'enfance.

À peine la série entamée, je suis friand de voir la suite, mais force d’avancer on constate qu’il manque une certaine profondeur à l’œuvre. Passer derrière Elfen Lied est un pari un peu difficile. Je trouvais que le fond de l’histoire manquait de personnalité, trop de choses se rapprochent de trop près à Elfen Lied, qui fait de Brynhildr In The Darkness une série où il manque une réelle identité, une identité qui lui est propre. Tout comme la personnalité des personnages qui manque de profondeur, ces derniers ne sont pas assez développés.

La force de l’auteur réside dans le contenu orienté vers la violence qui fait ici un point d'honneur à la série que j'ai d'ailleurs visionner en version blu-ray non censurée. Du coup, en plus de bénéficier d'une version uncut des épisodes mais proposés uniquement en VOstFR, le coffret de Brynhildr In The Darkness (disponible aussi en DVD) embarque un contenu très appréciable avec :

des épisodes en version non censurée pour une meilleure immersion dans la violence

l'OAV 11.5 inédite « Beaucoup de bruit pour rien »

l'épisode 13 en version longue, chose toujours appréciable les

openings 1 & 2 et ending

1 livre de 64 pages au contenu très bien étoffé.

Je trouve donc le contenu de cette édition assez complet et le livret permet d’ailleurs d’en apprendre davantage sur l’univers, les décors ou encore les accessoires et propose un résumé des divers épisodes de la série. Par contre, j’évoquerai tout de même avoir été un peu déçu au niveau de la qualité du boitier Blu-ray qui est en carton souple, trop souple à mon goût. J'aurais vraiment aimé bénéficier d'un boitier plus rigide. Cependant, je trouve le prix très correct pour l'édition proposée. Sinon à titre d’information personnelle, j’ai particulièrement aimé les épisodes 4, 6 et 10 pour diverses raisons : situations entreprenantes, visages sanglants mais souriants et j’en passe… Je suis sadique ? Mais non !

Vous avez dû vous en rendre compte, il y a du bon et du moins bon dans Brynhildr In The Darkness, série que j'ai découverte non pas lors de sa diffusion japonaise mais dans sa version commerciale édité par Kazé et malgré le manque de nouveauté visuelle en comparaison à Elfen Lied, on peut dire que j'ai plutôt bien apprécié la série. Je regrette que le contenu de certains épisode ne soit pas plus étoffé et la fin de la série m'a un peu laissé, comment dire... Oh et puis vous verrez bien.

On se retrouve donc en compagnie de personnages attachants par moments mais ce n’est pas toujours le cas, certains dialogues niais et personnages inexpressifs par moments viennent gâcher l’œuvre. La violence retranscrite dans certaines scènes ou encore la mise en avant ecchi apportent, quant à eux, un plus au scénario. Je n'ai pas trouvé que la mise en avant de ces passages soient abusives et puis quoi de mieux que de montrer un peu de boobs lors d'un passage un peu plus violent. Pour moi, les deux vont de paires, pour un plaisir visuel doublement apprécié. N'oublions pas d'évoquer que Brynhildr In The Darkness propose aussi des opening et ending assez esthétiques. Au final, ce n'est pas au niveau d’Elfen Lied mais Brynhildr In The Darkness est une série qui mérite d'être vue, histoire d’au moins faire une comparaison entre les deux séries de ce même auteur qu'est Lynn Okamoto.

« Une violence assez forte, des boobs par-ci par-là, mais un scénario moins approfondi qu’Elfen Lied. Une bonne découverte toutefois pour cette œuvre gore à ne mettre qu’entre certains yeux avertis ! »

Source : JeGeekJePlay